facebook   twitter   mail

Comptabilité générale

V. 21. Régularisations : amortissements

Video

Texte

 

 

Dans la leçon précédente, nous avons vu la régularisation pour les stocks. Et nous avons atteint les balance et compte de résultat suivants :

preliminary income statement
trial balance

La partie supérieure du compte de résultat, jusqu'à la marge brute, est maintenant correcte.

Mais il manque encore la prise en compte d'autres consommations (= charges) durant l'exercice.

 

 

Les principales consommations manquantes sont liées aux actifs immobilisés que nous avons acquis

Ce ne sont pas des "consommations de l'exercice" puisque ces actifs vont servir pendant plusieurs années.

Mais ils perdent de la valeur année après année.

 

 

Regardons d'abord la camionnette :

Supposons qu'elle s'use et devienne inutilisable (et donc sans valeur) en 5 ans.

Alors elle perd chaque année, si le processus est régulier, 1/5 de sa valeur d'acquisition, soit 620€.

La perte de valeur va être traitée chaque année comme une transaction :

amortization

 

 

Ce n'est pas un échange avec le reste du monde, mais ça a exactement la même forme.

En effet, supposons qu'au lieu de posséder la camionnette nous la louions.

Dans ce cas nous ferions chaque année un échange avec le reste du monde :

renting van

Néanmoins comme nous possédons la camionnette, ce n'est pas le compte de caisse ni de banque (ni un autre compte) qui "donne de la valeur". C'est directement le compte des moyens de transports.

Et nous consommons quelque chose : une partie de la valeur du véhicule.

Cela explique pourquoi nous allons créditer un compte d'actif, et débiter un compte de charge.

 

 

Remarque : Ceci soulève toutes sortes de questions intéressantes qui dépassent le cadre de la comptabilité :

et même plus profondément :

Nous n'allons pas aborder ces questions dans ce cours, mais nous vous encourageons à y réfléchir. (Pour l'auteur, la réponse à la question en bleu est "il n'y en a pas beaucoup".)

 

 

Technique de régularisation pour les amortissements :

Plutôt que de créditer directement le compte des moyens de transport, nous créons un nouveau compte intitulé "Amortissements B" (B pour bilan). Ainsi nous conserverons dans la balance la valeur d'acquisition du véhicule. (Rappelez-vous que la comptabilité est un processus d'enregistrement, pas d'effacement d'informations utiles.)

Et nous créons un deuxième compte intitulé "Amortissements CR".

Nous débitons une charge de 620€ dans le compte d'amortissements CR.

amortization IS

et nous créditons 620€ dans le compte d'amortissements B.

amortization BS

Noter que cela fait une double écriture correcte du point de vue de l'égalité des montants débités et crédités.

 

 

Tournons-nous à présent vers les machines que nous avons acquises pour 5000€.

Supposons qu'elles perdent leur valeur régulièrement en 10 ans. (A priori cela suggère qu'elles deviennent inutilisables, mais en fait on peut souvent continuer à utiliser des machines "complètement amorties" ; ça peut être utile pour des raisons fiscales qui deviendront claires un peu plus loin.)

Alors chaque année, nous consommons pour 500 € de valeur des machines.

Les écritures pour l'amortissement des machines sont similaires à celles pour la camionnette.

On débite un compte d'amortissement annuel dont le solde ira dans le compte de résultat.

machinery amortization IS

Et on crédite un autre compte d'amortissement (de bilan), dont le solde ira dans le bilan. Ci-dessous, nous avons son état à la fin du premier exercice. Nous verrons dans une autre leçon comment il évolue d'un exercice à l'autre.

machinery amortization BS

 

 

Voici la nouvelle balance après les deux régularisations, pour les stocks et pour les amortissements :

new trial balance

 

 

Et le nouveau compte de résultat

new income statement

Ce compte de résultat est presque final. Il peut y avoir éventuellement encore d'autres régularisations entraînant des transactions et des écritures (provisions, charges payées d'avance, factures non parvenues, etc.). Mais s'il n'y avait plus d'autres alors ce serait le compte de résultat final.

Nous allons étudier dans les prochaines leçons les provisions, les charges payées d'avance et les factures non parvenues.

 

 

Amortissements prorata temporis.

Supposons que nous ayons acheté la camionnette au milieu de l'exercice. Dans ce cas l'amortissement linéaire sur 5 ans se terminerait au milieu de la sixième année.

Et la première année nous ne devrions amortir la camionnette que sur 6 mois : 310 €.

La signification de l'expression latine prorata temporis est : en proportion du temps.

 

 

Amortissements non linéaires.

Jusqu'à présent nous avons considéré seulement des amortissements linéraires, c'est-à-dire étalés également sur tous les exercices concernés.

Il est possible parfois d'amortir avec des charges différentes d'une année sur l'autre. La méthode la plus courante est appelée "amortissements accélérés". Par exemple certains équipements perdent plus de valeur la première année que les suivantes. Des équipements informatiques amortissables sur trois ans pourront être amortis de la manière suivante :

  1. première année : 50% de la valeur d'acquisition
  2. deuxième année : 30%
  3. troisième année : 20%

Ces choix d'échéancier d'amortissements sont un sujet à discuter avec le représentant des services fiscaux, car ils ont un impact sur le résultat net annuel : un amortissement plus important la première année réduira le résultat avant impôts et donc les impôts à payer la première année.

Table des matières

Contact