facebook   twitter   mail

Comptabilité générale

IV. 18. Comptes de bilan et comptes de charges et de produits

 

Video

Texte

 

 

Nous avons atteint le premier document fondamental de fin d'exercice : la balance.

 

 

A partir de cette balance, nous allons calculer le compte de résultat de l'exercice, et le bilan à la fin de l'exercice.

Le compte de résultat est une présentation des ventes et des coûts correspondants durant la période qui ont été nécessaires pour créer les ventes.

 

 

Il existe de nombreux logiciels comptables, vendus dans le commerce, pour tenir votre comptabilité, c'est-à-dire pour vous aider à enregistrer commodément les transactions du journal vers les comptes. Ils permettent ensuite de calculer automatiquement la balance et les autres documents de fin d'année.

Le tableur mini_logiciel_comptable.xls est une version rudimentaire d'un tel logiciel.

 

 

Utilisons le mini logiciel comptable, et commençons par modifier un peu le journal par rapport aux leçons précédentes afin de voir l'impact sur la balance.

Voici le journal un peu modifié avec lequel nous allons désormais travailler (nous utilisons indifféremment les termes biens ou marchandises) :

journal

Observez tous les changements par rapport au journal précédent : le capital, le cash apporté à la banque, le prix de la camionnette, etc. Et allez voir, avec le mini logiciel comptable, les changements dans les différents comptes.

 

 

La balance est devenue ceci :

trial balance

 

 

Comptes de charges et de produits

A partir de la balance, pour calculer le compte de résultat, nous devons "extraire" les ventes, ainsi que les charges ou consommations de la période qui correspondent aux ventes.

Certains comptes enregistrent en effet des éléments reçus qui ont été consommés comme par exemple le travail, l'électricité, ou l'occupation des locaux pour créer les ventes. On les appelle les comptes de charges.

D'autres éléments reçus comme les machines, le papier client, ou le cash ne sont pas consommés. Les machines cependant s'usent et nous devrons en tenir compte, voir chapitre V.

Nous allons marquer les comptes de produits – dans notre exemple il n'y a que les ventes – et les comptes de charges avec les lettres P ou C

revenue accounts

La liste des soldes des comptes de produits et de charges formeront le compte de résultat.

Nous le verrons, après les régularisations qui ajouteront quelques autres comptes de charges, dans la leçon 24.

 

 

Comptes de bilan

Les autres comptes enregistrent des éléments d'actif ou de passif. On les appelle les comptes de bilan.

Marquons-les avec la lettre B :

capital accounts

 

 

Examinons chaque compte :

Le compte de banque enregistre l'argent que nous avons à la banque. Il n'enregistre pas des consommations, mais un actif. C'est donc un compte de bilan.

Le compte de capital enregistre les "reçus" donnés aux propriétaires en échange de l'argent initial qu'ils ont mis dans l'entreprise. C'est un type spécial de "dû", en ce sens que la somme reçue n'est pas à proprement parler due. Elle n'a pas à être remboursée. Mais elle est classée comme un élément de passif, et fait partie des comptes de bilan.

Le compte de caisse enregistre l'argent dans la caisse. Comme le compte de banque, c'est un compte d'actif et donc de bilan.

Jacques est un fournisseur. Et puisque nous avons obtenu un crédit de sa part nous avons une dette envers lui. Le compte du fournisseur Jacques enregistre cette dette. La balance nous dit qu'à la fin de l'exercice nous lui devons 1000 €. Et un coup d'oeil au compte nous indiquerait que nous lui avons déjà payé 4000 €. Ce n'est pas un compte de charges ; c'est un compte de bilan.

Le compte d'emprunts à LT est naturellement un compte de passif. Il enregistre la somme de 2000 € que nous nous sommes engagés par contrat à rembourser au prêteur. Pour l'instant nous n'avons rien remboursé donc le compte est en crédit de 2000 €. C'est un compte de bilan. Notez qu'en plus de la promesse de rembourser le "principal" (= ces 2000€) nous nous engageons aussi à payer chaque année des intérêts. Au départ ceux-ci n'apparaissent nulle part dans les comptes. Ils apparaîtront dans l'avenir chaque année dans le compte de résultat comme charge pour disposer de la somme empruntée encore due. On peut comprendre les intérêts comme un loyer pour disposer d'une somme d'argent.

Le compte des moyens de production (machines) est un compte d'actifs, donc un compte de bilan.

Le compte de Jules, comme celui de Jacques, est un compte de passif, donc de bilan.

Le compte des achats est classé comme compte enregistrant des consommations. En fait il faudra le corriger de la variation des stocks pour connaître notre consommation de marchandises, mais c'est un compte de charges. Comme nous suivons les procédures comptables traditionnelles, la régularisation pour tenir compte de la variation des stocks qui permettra de calculer la "consommation" effective de marchandises sera effecturée en fin d'exercice.

Au cas où nous aurions vendu exactement ces achats, ni plus ni moins, durant l'exercice, ce serait effectivement le coût d'achat des marchandises vendues (CAMV).

Mais comme en général les achats de marchandises ne correspondent pas exactement aux biens vendus, c'est l'une des raisons pour lesquelles nous ferons des régularisations avant de préparer le compte de résultat et le bilan.

Le compte de loyer (qui serait mieux nommé compte d'occupation des locaux) enregistre clairement une consommation.

Le compte de Deirdre, comme ceux de Jacques et de Jules, est un compte enregistrant une dette. C'est donc un compte de bilan.

Le compte des salaires (qui serait mieux nommé compte du travail) enregistre le travail consommé par l'entreprise durant l'exercice. Etant donné que le travail, de même que l'électricité, ne se stocke pas, le travail reçu ne peut être que consommé. (Il y a quelques exceptions techniques à cette observation en compta d'entreprise manufacturière, quand on peut considérer que du travail se trouve inclus dans des produits finis. Mais par souci de simplicité nous regardons ici la comptabilité d'une boutique.)

Le compte de ventes est un compte de produits. C'est d'une certaine manière le compte le plus important de tout le grand livre. Rappelez-vous que c'est un compte un peu spécial : il comptabilise les produits sortis de l'entreprise à leur prix de vente. Mais nous comptabiliserons aussi ailleurs les mêmes produits sortis de l'entreprise à leur prix d'achat. Il fait bien sûr partie des comptes de charges et de produits. Et son solde fera partie du compte de résultat.

Sarah est une cliente. C'est un débiteur. Son compte enregistre des actifs (les promesses qu'elle nous a faites). C'est donc un compte de bilan.

Les dépenses diverses de la boutique sont un compte de charges.

Le compte des véhicules (la camionnette) enregistre des actifs. C'est un compte de bilan.

L'ensemble des soldes des comptes de bilan (plus un autre solde) formeront... le bilan.

 

 

Nécessité de faire des régularisations

Mais avant que nous puissions calculer exactement le compte de résultat et le bilan, il y a encore un peu de travail d'ajustement à faire.

C'est le but des régularisations que nous allons effectuer pour transformer la balance brute ci-dessus en balance finale.

L'introduction des régularisations est le sujet de la leçon suivante.

Table des matières

Contact