facebook   twitter   mail

Comptabilité générale

VI. 25. De la balance finale au bilan

Video

Texte

 

 

Nous atteignons la dernière étape du début de notre apprentissage de la comptabilité en partie double.

Nous avons vu la balance. Nous avons fait des écritures de régularisations qui nous ont conduit à la balance finale. Nous en avons extrait tous les comptes de produits et de charges pour établir le compte de résultat.

income statement
trial balance

 

 

Maintenant, dans cette balance finale, nous remplaçons tous les comptes de produits et de charges par une seule ligne : le solde du compte de résultat.

trial balance

Ce document est le bilan.

Il faut simplement le réarranger pour le présenter de manière habituelle.

 

 

La première de ses présentations habituelles est sur une page, en listant verticalement d'abord les actifs (accompagnés de leurs corrections pour amortissements ou provisions), ensuite le passif.

balance sheet one page

Nous ferons des commentaires sur le passif ("Pourquoi le capital est-il là ?", "Pourquoi la ligne de profit ou perte est-elle là ?") dans un moment.

 

 

La deuxième présentation habituelle du bilan (en particulier celle des liasses Cerfa) est sur deux pages, une pour l'actif (ou "les actifs" – les deux termes s'emploient), l'autre pour le passif (on dit rarement "les passifs").

balance sheet two pages

Observez que du côté de l'actif, le total des débits moins le total des crédits = 15 280 €

Et du côté du passif, le total des crédits moins le total des débits est aussi égal à 15 280 €.

C'est forcément vrai, par construction, si la comptabilité est correcte.

En dépit de ce qu'on peut lire dans de nombreux manuels anglo-saxons, ce n'est pas à cause de cette égalité que le bilan s'appelle "balance sheet" (cette idée fausse vient du fait qu'être équilibré se dit to balance), mais parce que c'est la liste des soldes (solde = balance ; feuille = sheet).

 

 

Le compte de résultat et le bilan à la fin d'un exercice sont des documents qui font partie de la comptabilité. Le système de la comptabilité est l'un des différents systèmes d'information et de gestion (en anglais, management information systems, MIS) nécessaires pour gérer l'entreprise.

Le compte de résultat et le bilan peuvent être considérés comme les deux documents les plus importants présentant une information synthétique sur les opérations de l'entreprise.

 

 

Dans notre exemple qui ne prétend pas illustrer une bonne gestion le premier exercice s'achève sur une perte. C'est néanmoins fréquent.

La première année nous avons besoin de mettre au point les opérations, puis de les faire croître.

 

 

La comptabilité fournit un tableau de bord de l'entreprise.

dashboard
la comptabilité fournit un tableau de bord de l'entreprise

 

 

Commentaires sur le passif du bilan :

liability side

Notez bien : le profit de l'exercice est l'accroissement de la valeur des actifs résultant purement des opérations (et non d'un versement supplémentaire d'argent qui aurait été inscrit au passif). Cet accroissement de valeur a une contrepartie qui résulte automatiquement de toute la mécanique comptable : c'est la ligne marquée en rose dans le passif ci-dessus.

Cette double présence du profit dans la comptabilité est toujours une source d'interrogation pour les néophytes : comment le profit peut-il être d'une part "un peu partout" du côté de l'actif, et d'autre part être noté dans le passif sous la ligne capital !?

Nous avions la même double présence avec le capital lui-même : d'une part c'est l'argent initial versé dans l'entreprise, qui va d'abord dans la caisse, puis se diffuse un peu partout au fur et à mesure des opérations ; d'autre part il est enregistré comme venant des actionnaires dans le compte de capital.

Pensez à un vélo que vous voyez posé contre un mur : vous voyez un actif. Ce vélo a aussi un propriétaire, qui correspondrait à un enregistrement dans un passif  : mais il n'y a en général pas d'étiquette accrochée au vélo indiquant à qui il appartient. Donc on voit avec ses yeux l'actif, mais on ne voit qu'avec son esprit le passif.

 

 

Nous pouvons voir immédiatement quel serait l'impact de ventes plus importantes sur le compte de résultat et le bilan.

Supposons qu'au lieu de vendre les articles à 100 € pièce, nous les vendions à 130 € pièce, et que nous en vendions le même nombre. Alors les ventes passeraient de 8000 € à 9100 €.

Et supposons que les charges ne changent pas. Le compte de résultat deviendrait le suivant :

impact of price increase on IS

L'exercice se terminerait sur un profit au lieu d'une perte.

 

Et si toute cette valeur supplémentaire allait dans le crédit client alors le bilan serait maintenant ceci :

impact of price increase on BS

Du côté de l'actif, le compte clients augmenterait de 2100 € (= le surcroît de ventes) pour atteindre 2600 €. Et du côté du passif, la perte de 1970 € se transformerait en un profit de 130 €.

 

 

Gérer une entreprise est une longue séquence de décisions d'allocation de ressources par l'équipe de direction :

C'est une séquence de choix.

 

 

Bien sûr l'aspect humain est fondamental :

 

 

Outre l'aspect humain, gérer une entreprise comme on vient de le voir est une série de choix. Des choix concernant :

Gérer une entreprise est très amusant !

Quand on fait des profits on se sent très intelligent, et quand on fait des pertes on se sent très malchanceux :-)

Table des matières

Contact